html xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml"> Patrimoine religieux: Roz-Landrieux

Patrimoine religieux: Roz-Landrieux

EGLISE SAINT PIERRE (XVIIe s- 1830- 1846- 1879)

Le bas-côté nord de la nef est un réemploi d'un premier édifice construit au XVIIe siècle, consistant en une simple nef fanquée d'une petite chapelle au nord du choeur. Cette chapelle menace de ruine en 1829. En 1830 l'abbé Sollier, Pierre Rue, architecte à Saint Malo, et Augustin Balloir, maçon local, entreprennent la construction d'un important transept dont les fenêtres sont en plein cintre; les deux chapelles nord et sud sont dotées d'une absidiole pour autel latéral. Le bas-côté sud de la nef est très dégradé, est reconstruit par M.Rue et l'abbé Nantel, recteur de 1843 à 1877. Après quatre examens et deux ans de retard, le travail est achevé en 1846. La nef est fermée à l'ouest par un clocher de 16 mètres de haut, dans le type de celui de Saint Léonard à Epiniac. Dès 1878, il s'incline dangereusement vers le nord; Les cloches sont descendues en urgence et le clocher démoli jusqu'au faîte de la nef. En 1879, M.Frangeul construit un clocher roman de 28 mètres de haut terminé par une flèche octogonale de granit appareillé. A l'arrière, deux contre-forts pleins montent jusqu'au niveau du plancher des cloches.

 

LES CROIX

La croix du vieux cimetière

Face nord: Cette croix était autrefois située dans le cimetière et au chevet de l'église. Le bâton est très court, car le tasseau qui porte les pieds de la vierge touche le socle. Ce dernier, de section carrée, est constitué de deux ensembles composés d'un tore en amande et d'une doucine renversée, qui surmontent une haute plate-bande ornée de rinceaux dans sa partie supérieure. Au centre de chaque face, un cartouche saillant entouré d'un collier de boules comprend les armes des Du Han de la Mettrie et de leurs nombreuses alliances sur un écusson mi-parti. La vierge mère est figurée avec une couronne et longue chevelure, portant sur le bras gauche son enfant qui tient un coeur à la main. Le chanoine Mathurin date ce monument du XVIIe sièc le plutôt que du XVIe.

Face Sud: Sous le titulus, le corps du Christ est représenté. L'écusson mi-parti marque peut-être le mariage de Robin Du Han de la Mettrie avec Melchiore Le Bouteiller au début du XVe siècle. Les armes des Du Han évoquent peut-être aussi une alliance plus ancienne encore avec les Le Bouteiller, qui possèdent dès le XIIe siècle la seigneurerie de la Chesnaye-au- Boutellier, dont le propriétaire sert d'échanson à l'évêque de Dol lors de sa première entrée dans la ville épiscopale.

 

La croix Daveux : Simple tronc de pyramide, le socle de cette croix signale les donateurs et la date: "I.DAVEUX G.PAUMIER SA COMPAIGNE 1650". Le croisillon est orné du Christ d'un côté, de la Vierge de l'autre. les mains de cette dernière sont posées l'une contre l'autre sur la poitrine de manière liturgique. Le fût est octogonal et les chanfreins sont ornés de nombreux bubons. Le monogramme IHS est gravé dans la section octogonale de l'extrémité de chaque bras. Cette croix comme probablemnt d'autres, jalonne le "Grand chemin" , ancienne voie intérieure considérée comme la plus sûre pour les pélerins du Tro-Breiz, dans la courte étape Saint Malo-Dol.

La croix de la Pimorais: Cette croix est un don de Missire Hardouin recteur de Roz au début du XVIIe siècle.

La croix du Prieuré: cette croix est la plus haute de Roz. Son long bâton cylindrique est parsemé d'étoiles à six rais évoquant la voûte céleste. Le croisillon , d'un diamètre légèrement inférieur, est également semé d'étoiles, mais il est souligné sur chaque face par un listel posé de biais. Le socle à base carrée est mouluré de talons, boudins, cavets, perles, rinceaux et de quatre tête esquissées. Sur chaque face figure également un cartouche enfermant un écusson dans un quadrilobe, dont les cercles sont décorés de cinq feuilles et les pointes intermédiaires d'une hermine. Ces blasons sont toujours mi-parti: Du Han à destre, alliances féminines à senestre.

Textes issus de Patrimoine des communes d'Ille et Vilaine Editions Flohic

REOUVERTURE DE L'EGLISE

BIOGRAPHIE DE PIERRE JEROME FORGET, recteur de Roz-Landrieux


Ses parents :son père : Jean Baptiste Forget né …...en 1737 , décédé.. le 21 septembre 1802 à La Fontenelle
sa mère : Renée Débord née en 1740 , décédée .. le 12 juin 1785 à La Fontenelle , ils se sont mariés le 14 février 1759
Ses frères et sœur :
Marguerite ( 1773 / 1830 ) mariée à Julien Goré ( Sougéal )
François Marie René ( 1776 / …. . )
Gilles ( 1781 / 1852 )

Sa jeunesse :
Il est né le 30 septembre 1766 au village de Villeneuve, paroisse de La Fontenelle (diocèse de Dol).
Il fait ses études au séminaire de Dol de Bretagne et il est ordonné sous-diacre le 18 septembre 1790, prêtre le 19 mars 1791 par Monseigneur De Hercé ( dont c'est la dernière ordination )

Son sacerdoce :
Nous sommes en pleine révolution française et le père P-J Forget ne prête pas serment à la constitution civile du clergé . Donc prêtre réfractaire, il demeure caché dans sa paroisse de naissance ( La Fontenelle et ses alentours). Le 24 juillet 1792 muni d'un passeport, il quitte la région et part en bateau depuis les environs de Saint Coulomb pour un exil à Jersey ( île anglo normande ), en 1796 il est sans doute de retour et est sans doute à nouveau caché dans sa commune et paroisse de naissance .
Le 22 septembre 1802 ( 4 ème jour complémentaire an 10 de la république ) en mairie ( maison commune ) de La Fontenelle, il signe en tant que témoin et déclarant l'acte de décès de son père . Sa fonction religieuse de prêtre y est reconnue et de plus il le précise lui même en signant l'acte.

Il se verra attribuer une charge de vicaire auprès du premier curé concordataire de Dol de Bretagne ( François Julien Portier (1751 / + 1818 ). Plus tard de 1811 à sa mort le 17 avril 1828, il sera recteur de Roz Landrieux. ( Source: Vincent Goré).