Patrimoine religieux: Vieux-Viel

Vieux-Viel (Vetus-via) semble tirer son nom de la voie gallo-romaine Rennes-Avranches, qui traversait la commune du nord au sud, passant près de l'ancien château du Châtelier et de la Motte de Tréhet.

Vieux-Viel existait comme paroisse dès le XIIe siècle: En 1163, Raoul II, baron de Fougères, confirma l'abbaye de Rillé dans la possession des dîmes levées en Vieux-Viel. En 1541, les chanoines réguliers de ce monastère avaient un fief en Vieux-Viel.

L'ancienne église, démolie en 1849, d'une superficie de 141m2  avait la forme et les dimensions d'une chapelle. Elle était composée d'une simple nef à chevet droit, ajourée d'une fenêtre en arc brisé. le choeur était séparé de la nef proprement dite par un vaste mur percé d'une vaste arcade contre lequel étaient accolées, comme à Broualan les deux petits autels  dédiés à la vierge et à Saint Blaise

De l'ancienne église, sont conservées deux statues en bois polychrome représentant Saint Martin (chapelle Nord) et la Vierge portant l'enfant Jésus, désignée sous le titre de Notre Dame de la Délivrande, dans la chapelle Sud, surtout invoquée par les femmes prêtes à enfanter.

 

Son église

  Après la tempête de 1999   Le maître-autel  

 

L'église actuelle date de 1850, elle fut construite par Julien Delande, entrepreneur à Bonnemain, d'après les dessins de Charles Langlois, architecte à Rennes. Placée sous le patronage de la Vierge Marie, elle fut bénie par Mgr Saint-Marc le 14 juin 1854. L'église est de style ogival, formant une simple croix.

Le mobilier liturgique en bois richement sculpté est de même style que l'autel. L'ensemble fut dessiné et sculpté par M.Hérault menuisier sculpteur à Rennes, et subventionné en partie par la duchesse Anne Marie Mortier de Trévise, grâce à ses dons et ses interventions auprès du gouvernement. Son nom est gravé derrière le maître-autel pour ses bienfaits envers la paroisse.

 

- le maître-autel fut mis en place le 26 octobre 1854: 

L'autel proprement-dit, est orné de 7 arcatures ogivales posées sur de gracieuses colonnettes, et dans chacune desquelles se trouve la statuette d'un ange portant entre ses mains les objets nécessaire pour la célébration du saint sacrifice.

Le retable de l'autel est divisé dans sa partie inférieure, en trois grandes arcatures ogivales: celles du milieu est ouverte et abrite aujourd'hui une statue de la vierge, les deux autres plus étroites sont décorées de peintures.

Au-dessus, l'autel est couronné de frontons et clochetons qui vont se perdre dans la voûte. le clocheton central porte la statue polychromée du Bon pasteur, statue donnée par Jeanne Frémont du Plessis, dont le nom est gravé derrière mais déformé en Grémont.

- Les deux confessionnaux sont placés en mars 1856. Ils sont sculptés dans le même style et par le même ouvrier.

- le chemin de croix actuel , don également de la Duchesse de Trévise fut érigé le 21 mars 1856.

 

C'est le 2 mai 1858 qu'eut lieu la bénédiction solennelle des cloches. Les parrains  et marraines ont pris en charge le coût de celles-ci. Elles ont été fondues par Paul Havard de Villedieu.

- Sur la première (999kg), on lit: Je m'appelle Anne-Marie Eugénie de Vieux-Viel. Mon parrain est M. le comte Eugène Caffarelli, député de Saint Malo. Ma marraine est Mme Anne-Marie Lecomte, duchesse de Trévise, bénite par M.Lavocat, recteur de Vieux-Viel.

- La seconde (711kg): Je m'appelle Félicité de Vieux-Viel ...  suivent 52 parrains et marraines...

- La troisième (521kg) : Je m'appelle Désirée de Vieux-Viel ...

L'autel de la chapelle dédiée à la Sainte Vierge (au Nord) fut mis en place en juin 1859 et celui de la chapelle Saint Jean Baptiste (au Sud) en avril 1860.

Le nouveau recteur, arrivé en 1864, obtint de la Duchesse, les stalles (2x6)  et la boiseries du choeur qui furent installées en 1865.

L'année suivante,  la chaire est placée le 7 octobre 1866 (payée 200Fr).

La tour de l'église fut rèalisée de 1868 à 1870.

 

La statue de la Vierge qui  surmonte le maître-autel a été installée et bénie au cours de la mission qui se déroula dans la paroisse du 6 au 20 septembre 1959. Cette statue , dont le prix s'élevait à 43500Fr, a été payée par les paroissiens.

 

Le clocher fut détruit lors de la tempête de 1999, dans la nuit du 24 au 25 décembre. Lors de la restauration le bleu du plafond a été choisi en relation avec les vitraux. L'inauguration a eu lieu à Noël 2002

 

Les vitraux : Dans le choeur Saint Michel et Saint Martin; dans les chapelles : le Christ (1928), la Vierge Marie (1942); dans la nef :Saint Joseph (1942), Ste Jeanne d'Arc

Sur la commune, la croix de Beauregard La crèche en 2007